La Dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)

close up of senior woman face and eye

Définition :

La dégénérescence maculaire liée à l’âge ou DMLA, correspond à une altération de la région centrale de la rétine : la Macula, partie de l’oeil responsable de la vision précise. Il existe deux sortes de DMLA, la forme sèche et la forme humide qui est la plus fréquente. Dès l’âge de 60 ans, la DMLA est la principale cause de baisse de vision dans les pays développés, pouvant aller jusqu’à la cécité. Cependant, cette maladie peut également atteindre des personnes plus jeunes.  

Les symptômes

Les premiers signes de la maladie sont habituellement discrets et peuvent être négligés :
  • La baisse de vision qui peut être attribuée au vieillissement naturel,
  • L’impression de manquer de lumière pour lire ou écrire,
  • Une diminution de l’acuité visuelle qui intervient de manière rapide : difficultés à percevoir les détails,
  • La déformation des lignes droites : perception de lignes droites déformées ou ondulées.
Ces signes doivent amener à consulter un ophtalmologiste, car lui seul pourra poser le diagnostic d’une DMLA ou d’une autre maladie de l’oeil. L’apparition d’une tache sombre centrale noire ou grise (appelée scotome) devant l’oeil, qui gêne pour distinguer les éléments  est le stade le plus avancé.

Les conseils de mon pharmacien

A partir de 55 ans, il est recommandé de consulter régulièrement un ophtalmologiste. Ne négligez jamais un signe de perte d’acuité visuelle. Dès les premiers symptômes, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien et faites les tests simples qui permettent de détecter une déficience anormale. Suivez les conseils d’hygiène de vie et de diététique.

En savoir +

On distingue deux formes de DMLA :
  • une forme sèche ou atrophique : la plus fréquente, elle évolue lentement avec une diminution progressive de la vision.
  • une forme humide ou néo-vasculaire : la moins fréquente, elle est d’évolution très rapide avec une baisse brutale de l’acuité visuelle nécessitant une prise en charge rapide par un ophtalmologiste.
Le diagnostic se fait grâce aux symptômes cliniques qui poussent le patient à consulter un ophtalmologiste. Cependant, en réalisant un fond d’oeil, les premiers signes de la DMLA peuvent être identifiés, et ainsi permettre une prise en charge précoce et éviter une évolution négative. Pour  confirmer le diagnostic, on pourra avoir recours à une angiographie à la fluorescéine pour mettre en évidence des néovaisseaux ou bien à une tomographie à cohérence optique.

Les traitements

  • Il n’existe pas de traitements pour la forme atrophique de la DMLA. Pour éviter la survenue ou l’aggravation d’une DMLA, votre ophtalmologiste pourra vous conseiller de prendre des compléments alimentaires riches en lutéine, omega-3 et/ou antioxydants.
  • Seule la DMLA dite humide ou néo-vasculaire bénéficie de traitements permettant de stabiliser, voire ralentir l’avancée de la maladie : La photocoagulation au laser thermique : elle permet de brûler les néo vaisseaux avant qu’ils n’atteignent le centre de la vision. On l’utilise dans le premier stade de la maladie. La photothérapie dynamique (PDT) : on injecte un colorant qui se fixe dans les vaisseaux anormaux afin de pouvoir les obstruer grâce au laser froid ; on cherche ainsi à stabiliser l’acuité visuelle. Des injections de traitements anti-VEGF, facteur responsable de la formation des néo vaisseaux ; ces molécules s’injectent à l’intérieur de l’oeil à l’aide d’une aiguille très fine et agissent directement sur la protéine qui stimule la croissance des néo-vaisseaux. Leurs principes actifs empêchent la prolifération de vaisseaux sanguins anormaux sous la macula et limitent leurs fuites.

Sport et diététique

Vous pouvez diminuer les risques de développer une DMLA en :
  • Cessant de fumer
  • Maintenant un poids sain et en surveillant votre alimentation grâce à un régime faible en gras qui inclut les légumes, les fruits et les aliments riches en oméga-3 (poissons, épinards, avocat, laitue etc…)
  • Faisant de l’exercice physique régulièrement, ce qui contribue à maintenir à maintenir une pression artérielle saine.
  • Réduisant votre exposition à la lumière UV : portez des lunettes de soleil et un chapeau.
  • Des compléments alimentaires : vitamines C, E, béta-carotène, zinc, antioxydants, oméga-3, lutéine auraient des effets préventifs.